English

 

Macky Sall face aux investisseurs à Paris : « Nous voulons être la première destination africaine de l’investissement privé »

Image 01

Le Forum des investisseurs privés nationaux et internationaux organisé par l’Etat du Sénégal s’est tenu, hier, à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, au lendemain du Groupe consultatif qui a été un succès, avec des engagements de financement de 3.729 milliards de FCfa pour des objectifs initiaux de 1.853 milliards. Même si aucun montant global n’a été annoncé à l’issue de la rencontre d’hier, les officiels sénégalais sont repartis satisfaits. Les résultats ont dépassé les attentes tant en nombre de visiteurs qu’en intérêt pour les opportunités d’affaires qu’offre notre pays. Dans ce sens, le président de la République a donné des gages certains aux investisseurs privés, en leur faisant comprendre que l’Etat continuera l’œuvre d’assainissement de l’environnement des affaires, condition nécessaire à la bonne mise en œuvre du Plan Sénégal émergent.  C’est à un « new deal » pour l’émergence que le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ, a invité les investisseurs qui n’ont pas manqué d’exprimer leur satisfaction, après que l’Apix a brillamment exposé les opportunités d’affaires qui leur sont offertes dans divers secteurs (agriculture, pêche, infrastructures, énergie, santé, éducation, etc.)

Macky Sall : « Notre ambition est d’être première destination africaine de l’investissement privé »
Afin de mieux inciter les investisseurs à faire des affaires dans notre pays dans le cadre du Plan Sénégal émergent, le président Macky Sall a exposé à ceux-ci les dispositions prises pour rendre l’environnement des affaires agréables. Son ambition, dit-il, est de faire du Sénégal la première destination africaine de l’investissement privé.

Le président Macky Sall s’est démarqué de ses notes pour rassurer les potentiels investisseurs privés nationaux et internationaux sur les opportunités qu’offre le Sénégal en termes d’investissements, pendant une vingtaine de minutes. D’abord, il les a mis au parfum de sa nouvelle vision économique fondée sur la nécessité de changer de paradigme, de sortir des sentiers battus « pour avoir l’ambition d’aller vers le décollage économique ».

Il faut au préalable une rupture dans la démarche et dans les mentalités, de l’avis du chef de l’Etat. « Sans quoi, ce sera une vaine opération de promotion qui n’aura aucune chance de réussir. J’ai pris l’engagement devant la nation sénégalaise d’apporter des changements dans la gouvernance.

Notre ambition est d’être première destination africaine de l’investissement privé ». Mais, avant d’atteindre ce but, le Sénégal a pris la peine de poser des actes tendant à lutter contre la corruption et à assainir l’environnement des affaires pour mieux attirer les investisseurs. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Nous avons entamé ce processus, nous allons le poursuivre en améliorant les procédures, en développant la dématérialisation, en travaillant pour que la corruption soit combattue dans nos services,  pour que les investisseurs privés ne soient pas bloqués parce que ils n’auront pas agi d’une certaine manière dans tel ou tel dossier ».Des organes ont été mis en place par des personnalités indépendantes, dans le sens de lutter contre la corruption, a-t-il rappelé.

Selon le président, l’Etat doit assurer au secteur privé les conditions optimales de l’expression de ses activités en améliorant l’environnement des affaires, en facilitant l’accès au foncier, en assurant l’Etat de droit. « Il faut d’abord faire la promotion de la création d’emplois et de richesses, c’est cela qui va développer le Sénégal », estime-t-il. Macky Sall a fait savoir aux investisseurs privés son ambition d’atteindre une compétitivité plus forte et une économie productive, grâce au Plan Sénégal émergent qui vise au moins 7% de croissance sur une période de dix ans.  « Nous voulons une économie solidaire, inclusive », a-t-il ajouté tout en prônant d’éviter l’exclusion et les extrémismes.

Malick CISS (envoyé spécial) et Moussa DIOP (correspondant permanent)