English

 

Groupe consultatif de Paris : 400 réponses positives déjà enregistrées, selon le ministre délégué au Budget

Image 01

La réunion du Groupe consultatif de Paris sur le Sénégal pourrait connaître le grand rush. Selon le ministre délégué en charge du Budget, 400 invités ont répondu positivement à l’appel du Sénégal. Certains pourraient suivre les travaux par vidéoconférence. Mouhamadou Makhtar Cissé s’exprimait lors d’une rencontre avec les organisations syndicales sur le Plan Sénégal émergent (Pse). 
De bonnes perspectives se dessinent pour la réunion du septième Groupe consultatif de Paris sur le Sénégal, si l’on se fie à l’état d’évolution des préparatifs dressé par le ministre délégué en charge du Budget qui a dit avoir déjà reçu 400 réponses positives sur les invitations envoyées. En rencontrant, hier, les organisations syndicales, Mouhamadou Makhtar Cissé a soutenu que les travaux de préparation du Groupe consultatif de Paris se poursuivent et se déroulent « normalement ». Une mission du ministère de l’Economie et des Finances et des agents de l’Apix est présentement à Paris pour s’occuper des aspects logistiques, a-t-il ajouté. « Nous étions partis sur un format d’une salle du siège de la Banque mondiale en France, qui pourrait contenir entre 350 et 400 invités.

 

« La preuve que le Sénégal est un pays attractif »


Mais, avec le nombre de personnes qui ont confirmé leur participation, nous sommes en train de réfléchir sur d’autres alternatives », a expliqué M. Cissé. A ce titre, a-t-il déclaré, il est envisagé de transférer une partie des invités à la Chambre de commerce de Paris. Des discussions sont en cours pour leur faire suivre le déroulement de la réunion par vidéoconférence, a ajouté le ministre délégué.  « Tout le monde ne pourra pas tenir au siège de la Banque mondiale. Il y a un engouement. Cela prouve que le Sénégal est un pays attractif. Et nous voulons mettre cet atout en avant pour faire venir le maximum d’investissements directs étrangers (Ide) dans notre pays », a confié Mouhamadou Makhtar Cissé. 
Selon lui, cette rencontre avec les syndicats s’inscrit dans une dynamique d’information et de partage avec tous les acteurs sur le Plan Sénégal émergent (Pse) pour son amélioration avant sa présentation devant la communauté financière internationale. « Au delà de leur fonction de revendications et de contestations, les syndicats sont des acteurs principaux du dialogue social entre l’Etat et les travailleurs », a-t-il estimé. Toute politique économique qui se veut pertinente doit avoir comme préoccupation la création de richesse et de l’emploi, a poursuivi M. Cissé.  



Le Club de Paris n’est pas le Groupe consultatif de Paris


Le ministre délégué chargé du Budget a profité de la rencontre avec les organisations syndicales pour apporter des précisions sur la différence entre le Club de Paris et le Groupe consultatif de Paris. Deux notions qui ne manquent pas de semer la confusion dans la tête des citoyens. Le Club de Paris, a-t-il expliqué, est un groupe de bailleurs de fonds publics. Il réunit également des Etats membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde) qui interviennent dans la gestion de la dette des pays sous-développés. « Ce Club se réunit pour procéder à des analyses et octroyer des possibilités de réduction de la dette publique », a relevé Mouhamadou Makhtar Cissé. A l’opposé, il y a le Club de Londres qui s’occupe de la dette privée. Quant au Groupe consultatif, il est relatif à une table ronde des partenaires techniques et financiers et du secteur privé, a-t-il ajouté. « C’est une initiative du gouvernement du Sénégal. D’autres pays ont déjà organisé ce genre de rencontres. Notre pays

Abdou DIAW